Mamy Rakotoarivelo retrouvé mort à son domicile!

Mamy-RakotoariveloScène d’horreur vendredi 28 juillet 2017 à Ankadifotsy (Antananarivo), le dernier président de l’Assemblée nationale malgache [et chef de délégation de la “mouvance Marc Ravalomanana”] pendant la transition Mamy Rakotoarivelo est décédé dans des conditions qui semblent encore bien floues mais s’apparentent à un suicide.

L’alerte a été donnée par une domestique à la Brigade criminelle hier en fin de matinée. Mamy Rakotoarivelo a été retrou­vé mort à son domicile. Un pistolet a été retrou­vé près de son corps, puis le corps sans vie de l’ancien président de l’Assemblée a été conduit à l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA) pour pratiquer une autopsie. La femme de ménage qui  a été auditionnée dans la foulée à la brigade criminelle d’Antananarivo, a affirmé avoir entendu deux coup de feu.

Il aurait reçu une balle dans la tête et l’hypothèse d’un suicide est évoquée. “La mort du président Mamy Rakotoarivelo dans sa chambre a été signalée vers 11h30. Une plaie béante à la tête a été constatée. Le rapport final d’autopsie pourrait nous permettre d’établir ce qui s’est réellement passé”, déclare le commissaire principal Jean de Mata Rakoton­drasoa qui dirige le service des affaires criminelles  de la police judiciaire à Madagascar.

Homme politique malgache, Mamy Rakotoarivelo était ministre de la communication en 2002. Il a été élu député de Madagascar dans la 3ème circonscription d’Antananarivo. Il était chef de file de la “Mouvance Ravalomanana” pendant la crise politique (2009-2013) et a désigné président de l’Assemblée nationale de la transition. Président de Fédération malgache de judo, il était également élu président du Comité olympique malgache (COM).

Avant sa mort, Mamy Rakotoarivelo  aurait vécu, selon son entourage,  plusieurs mois oppressants. Sur sa page Facebook, Il a publié [ce 27 juillet à 20h39 ] un long message prémonitoire.

“Je voudrais me confier à mes amis sur Facebook de mes graves soucis actuels”, annonce l’ancien ministre avant d’étaler sa vie privée [divorce avec sa femme Juliana Faralalao Andriambelo, décision du tribunal partageant leurs biens, problème d’argent, rappels sur sa vie professionnelle].

“Après une grosse bagarre, mon ex-femme a accepté de me donner un milliard de fmg, … , mais depuis l’accord intervenu fin décembre 2016, elle ne m’a donné que moins de 50 millions de fmg. Je lui ai demandé à plusieurs reprises, …, mais à chaque fois, elle me disait qu’elle n’avait pas d’argent. Or, elle part en vacances au Canada donc ne pouvait plus me dire qu’elle n’avait pas d’argent”, explique-t-il sur sa page Facebook.

Au cas où il m’arrive quoi que ce soit, elle [son ex-femme] devra s’en acquitter [950 millions de fmg]  à ma soeur”, écrit-il. “J’ai confié une grande partie de la vente des montres de luxe résultant du partage des biens à ma copine de l’époque”, poursuit-il en indiquant le nom et le compte Facebook de sa copine avant de préciser qu’avec sa mère, son ex-copine devraient également s’en acquitter cette somme importante à sa soeur.

“Voilà les problèmes qu’il fallait que j’évacue auprès de vous, chers amis de Facebook. Je sais que quelques uns d’entre vous me prendront pour un fou mais j’ai toujours été trop honnête au point d’être naïf”, a-t-il conclu.

Et le lendemain de cette publication, on nous a annoncé sa mort!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s