Si la population perdra sa capacité de résilience,…, la situation de Rajaonarimampianina serait intenable!

HeryRajaonarimampianinaDepuis son indépendance en 1960, Madagascar est un pays perpétuellement en transition politique (1972, 1991, 2002, 2009, …), et l’arrivée au pouvoir de l’ex-ministre des finances du dernier gouvernement de la transition, Hery Rajaonarimampianina en 2013, n’a pas suffi à améliorer la situation. Son élection n’a pas changé grand-chose. Faute de consensus politique solide le pays est toujours en profonde crise tant sur le plan économique que politique.

Les gesticulations, l’inaction puis l’immobilisme de l’actuel pouvoir ne feront qu’amplifier cette profonde crise qui est loin d’être terminée. D’ailleurs, la politique menée par Hery Rajaonarimampianina et son gouvernement n’a jamais paru crédible aux yeux des bailleurs de fonds. S’ajoute l’absence de visions, ni de volonté politique des gouvernements successifs qui, complètement annihile toute perspective de développement du pays. Et si, aujourd’hui, le pouvoir en place n’a pas réussi à réduire ses déficits publics, bon nombre d’observateurs affirment que c’est la conséquence directe de l’inaction du régime Rajaonarimampianina.

Une plateforme de l’opposition “les forces du changement” regroupant la société civile, les organisations syndicales et les partis politiques, …, condamne l’attitude qu’elle juge irresponsable du régime en place. L’opposition et le syndicat des magistrats de Madagascar (Smm) dénoncent l’instrumentalisation de la justice par les hommes du pouvoir. Ce dernier, le Smm avait d’ailleurs décidé d’observer une grève d’avertissement il y a quelques jours.

Face à l’aggravation des conditions du pays en différents domaines, depuis plusieurs mois, la très puissante Conférence épiscopale de Madagascar avait publié des messages interpellant la présidence et le gouvernement ainsi que tous les responsables de la vie publique, afin qu’ils cessent toute sorte de “harcèlement et règlement de compte politique.  Les Evêques avaient également rappelé  les devoirs de tout un chacun pour un changement effectif. Malgré ces appels insistants et récurrents, jusqu’ici, il n’y a rien de concret!

Pire cette semaine, si l’on en croit la “Une” d’un quotidien “midi-madagascar” qui titrait “L’Etat en faillite: emprunt auprès d’une banque primaire pour payer les fonctionnaires”, Madagascar est bien tombé bas et plongé dans le chaos. Les caisses de l’Etat sont dans le rouge et complètement vides, …, il n’y a plus d’argent, selon un cadre au ministère des finances. Plusieurs raisons expliquent cette situation, mais ce journal a précisé qu’un “non-respect de la conditionnalité des bailleurs de fonds est pour quelque chose dans le non-déblocage des financements de 10 milliards de dollars prévu lors de la Conférence des Bailleurs en décembre 2016 à Paris. Le régime Rajaonarimampianina est pointé du doigt sur le plan international pour le non-respect de l’Etat de droit et de la bonne gouvernance et opterait pour les financements parallèles. Une délégation de la Présidence de la République serait en Chine pour négocier le déblocage d’une somme d’argent.”

Et le quotidien d’indiquer quemis à part les détournements et les trafics en tout genre, le gaspillage du budget de l’Etat, …”, le nombre important de déplacements à l’étranger (qui coûte plusieurs centaines de millions à l’Etat) du président de la République et des membres du gouvernement accentue le déficit public. Des déplacements, pourtant, n’ont rien apporté de concret à la population. Et la “Une” du journal indépendant “Freenews” du jour: “Mainmise des chinois sur les grands projets”, résume bien la situation financière du pays.

FreeNews.png

Au sein de la plateforme de l’opposition, les “Forces du changement” espèrent faire bouger les lignes et appellent la population à se mobiliser. Ces derniers temps, les réunions se multiplient à Antananarivo et la tension monte d’un cran, la situation du Chef de l’Etat  et son gouvernement semblent devenues intenables. Jusqu’ici la population fait preuve d’une ingéniosité et d’abnégation à toute sorte d’épreuve pour compenser les défaillances d’un Etat démissionnaire, mais selon un membre du syndicat des enseignants-chercheurs (Seces), le jour où cette population perdra sa capacité de résilience, Madagascar va connaitre les plus grandes émeutes de son histoire.

Une réflexion sur “Si la population perdra sa capacité de résilience,…, la situation de Rajaonarimampianina serait intenable!

  1. Pingback: Madagascar pays du chaos, sclérosé irrémédiable! | La Transparence

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s