Madagascar, une décision judiciaire contestée, Etat de droit en danger!

prison-ManakaraÀ Madagascar, la justice est en panne.  Une majorité de population n’a plus confiance en cette justice. Les vindictes populaires ces derniers mois prouvent la faiblesse de l’administration judiciaire, ou celle de l’Etat en général.

Certains juges sont tant désavoués puisque la population constate leur incapacité à être à la hauteur de leurs missions. Toutefois, nombreux magistrats ont fait preuve d’une grande compétence et d’un comportement exemplaire dans le cadre du service comme en dehors de leur fonction. Certains magistrats sont tellement décriés parce qu’ils ne manifestent, aucune réelle indépendance garantissant leur impartialité. D’ailleurs, le pouvoir politique successif ne cherche qu’à contrôler l’autorité judiciaire. Néanmoins, il est à saluer l’effort déployé par une partie de nouvelle génération de magistrats qui ont une ligne de conduite irréprochable.

À Manakara, Sud-Est de Madagascar, trois gardiens de prison ont été condamné mercredi 30 mai par le tribunal de première instance, à une peine de prison ferme de deux ans, pour “maltraitance” et “avoir porté des coups aux détenus”. Ces agents de l’administration pénitentiaire avaient nié en bloc cette accusation et affirmaient avoir seulement appliqué des consignes de maîtrise aux détenus concernés, mais le tribunal n’a pas suivi leurs explications et les ont  condamné à une peine de prison ferme. En réaction de cette condamnation, une dizaine d’agents pénitentiaires qui sont venus assister l’audience, ont contesté le verdict.

Dans cette affaire, l’on craint que la crédibilité de la justice qui est déjà sérieusement menacée à Madagascar, va subir un nouveau coup dur. Décidément, l’Etat de droit est en danger et le ministère de la justice ainsi que l’ensemble du système judiciaire sont décriés et accusés de tous les maux.

Les agents de l’administration pénitentiaire avaient jugé “disproportionnée” cette condamnation à une peine de prison ferme. Scandalisés par le jugement qu’ils considèrent inique, ces derniers ont manifesté leur mécontentement en bousculant le président du tribunal, verrouillant la maison centrale et refusant d’accueillir de nouveaux détenus. Depuis hier, ils se sont mis en grève pour rétablir “la vérité”.

Le Syndicat du personnel de l’administration pénitentiaire de Madagascar (Spapm) apporte son soutien aux agents pénitentiaires de la maison centrale de Manakara. “Une tension qui couve depuis un certain temps a fini par éclater. Nous faisons bloc derrière nos collègues”, a déclaré  Diderot César Rialy, président national Spapm.

À Madagascar, en 2011, un autre cas similaire s’est déjà produit dans le passé. Un magistrat, premier substitut du procureur de la République, Rehavana Michel a été battu à mort par des agents de police.

Rappelons les faits: nous sommes le 9 décembre 2011, des dizaines de policiers avaient assiégé la maison d’arrêt de Tuléar, au sud-ouest de Madagascar, suite à une condamnation à cinq ans de prison pour “avoir vendu son arme à des bandits” d’un de leurs collègues. Motif d’inculpation qui a été contesté par ces policiers affirmant que l’arme en question avait effectivement été perdue mais retrouvée.

Les agents  pénitentiaires ont refusé de libérer le détenu en l’absence du procureur de la République. Les policiers sont alors partis à la recherche du procureur de la République, mais selon le témoignage, ils ne l’ont pas trouvé. Les policiers ont finalement obligé son substitut à libérer leur collègue emprisonné. Ce magistrat s’est fait lyncher par ces policiers et plusieurs coups de feu ont été tirés en l’air. Le juge Rehavana Michel est décédé, la ville de Tuléar était en état de siège.  Les tensions entre la justice et la police étaient palpables. Le 12 décembre 2011, le syndicat de la magistrature avait déclenché une grève et  tous les tribunaux de Madagascar étaient fermés. Une enquête a été ouverte mais sans résultats concrets.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s