Claudine Razaimamonjy évacuée à l’étranger!

Ambulance-ClaudineLa patronne et propriétaire du complexe hôtelier “A&C”- Ivato à Antananarivo, une femme d’affaires milliardaire proche du couple présidentiel, Claudine Razaimamonjy, après sa longue garde à vue (4 jours) au Bureau Indépendant Anti-Corruption (Bianco)  à Ambohibao, a été placée sous mandat de dépôt par les juges de la Chaîne Pénale Anti-Corruption (CPAC). 

A lire: La femme d’affaires, Claudine Razaimamonjy, proche du président malgache a été arrêtée!

En effet, deux des plusieurs dossiers, en cours, liés aux affaires visant Claudine Razaimamonjy ont été transmis par le Bianco à la Chaîne Pénale Anti-Corruption, ce vendredi 7 avril. Les juges de la CPAC ont décidé la mise en détention provisoire à la Maison d’arrêt d’Antanimora, Claudine Razaimamonjy. La patronne du complexe hôtelier “A&C” n’aurait jamais imaginé que cela puisse lui arriver. Surprise, à l’annonce de cette décision, la Conseillère spéciale du président Hery Rajaonarimampianina, a fait un malaise, s’est évanouie et a été évacuée d’urgence en ambulance à l’Hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalon (HJRA) où elle était hospitalisée jusqu’au lundi matin, 10 avril. Quelques personnalités politiques membres du gouvernement ou proches du couple présidentiel sont venues au chevet de la milliardaire, dont le président national du parti présidentiel, HVM, et ministre de l’Agriculture, Rivo Rakotovao, le Secrétaire Général du HVM, Me Henry Rabary-Njaka, ancien Directeur de Cabinet de la Présidence; le Conseiller spécial à la Présidence, Me Nicole Andrianarivoson, le Sénateur, beau-frère de la femme d’affaires, Riana Andriamandavy VII, le ministre des Télécommunications, Neypatraiky Rakotomamonjy,  le ministre de la santé Andriamanarivo Mamy, …

Jeudi 6 avril, le Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM) s’est désolidarisé de son ministre de tutelle en publiant un communiqué dans lequel il informe qu’il n’accepte aucune intimidation et condamne les méthodes “d’interférence” employées actuellement par certains membres du gouvernement et quelques personnalités du parti HVM.

Ce lundi 10 avril, la population d’Antananarivo était dans la stupéfaction en apprenant que la femme d’affaires, Claudine Razaimamonjy a pu quitter l’HJRA à 3H du matin. Le ministre de la santé, Andriamanarivo Lalatiana et le ministre de la justice Andriamiseza Charles se sont rendus au CHUHJRA (Centre Hospitalier Universitaire – HJRA) la nuit du dimanche vers 22h, à la suite de laquelle la procédure d’évacuation sanitaire a été engagée. Accompagnée de ses proches dont le Sénateur Rina Andriamandavy VII, son beau-frère, du médecin Andry Ratsimbazafy, d’un agent pénitentiaire, à bord d’un avion spécial de la compagnie Madagascar Transport Aériens (MTA) à destination de l’île Maurice, Claudine Razaimamonjy a quitté la capitale vers 5h du matin. Le Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM) qualifie ce départ inattendu “d’évasion organisée au vu et au su de tout le monde”.

Rappelons les faits, au lendemain de son arrestation (3 avril), le Bianco s’est adressé à la presse et a apporté quelques précisions sur cette affaire. “Mme Claudine Razaimamonjy est visée par plusieurs affaires de soupçons de corruption, d’abus de biens sociaux, d’abus de fonction, de détournement de deniers publics, de favoritisme, de faux en écriture publique et de blanchiment de capitaux. Ces faits se sont déroulés principalement entre 2013 et 2016 et ayant, certainement, des complices haut placés dans les administrations publiques centrales et territoriales, car elle n’avait pas pu les faire, toute seule. Mme Claudine Razaimamonjy a été convoqué plusieurs fois mais n’a jamais répondu aux convocations. Les forces de l’ordre ont ainsi procédé à son arrestation manu-militari”, a noté le général Benjamina Arthur Ratovoson, Directeur Territorial du Bianco à Antananarivo, lors d’un point presse.

En fait, dès l’arrestation du magnat, le président du parti HVM, et ministre d’Agriculture, Rivo Rakotovao est monté au créneau pour défendre Claudine Razaimamonjy.HVM exprime sa solidarité et son soutien indéfectible à l’égard de la propriétaire de l’hôtel A&C, Claudine Razaimamonjy, et à sa famille. Le HVM lance un appel au respect du principe de la présomption d’innocence et espère la manifestation de la vérité. Le HVM  déclare qu’il ne s’immiscera pas dans le travail du Bianco, ose croire qu’il n’y aura pas de délit de faciès et insiste tout particulièrement sur le respect des droits de l’Homme et des droits de la défense” a publié dans un communiqué le parti présidentiel.

Pour les juristes et avocats de la défense, cette arrestation est illégale et entachée d’irrégularité. Ils contestent le mandat signé par un simple directeur territorial du Bianco, car selon eux, seul le Directeur Général du Bianco, étant assermenté qui, est habilité pour ordonner à un Officier de Police Judiciaire (OPJ) d’arrêter un suspect. “La réquisition est entachée d’une illégalité. Nul n’a le droit de faire arrêter quelqu’un par une réquisition qui est l’acte permettant à un magistrat ou à un OPJ d’obtenir la remise d’informations ou d’effectuer un travail précis. L’acte en question doit être spécial et non général, c’est-à-dire qu’il doit mentionner expressément l’identité de la personne recherchée,  afin d’éviter les abus.  L’indépendance donnée par le législateur au Bianco ne permet pas à ce dernier de faire n’importe quoi dans les actes d’investigation et d’arrestation”, ont précisé les avocats de la femme d’affaires.

Le ministre de la Justice, Charles Andriamiseza, en a remis une couche en dénonçant, lui aussi, le non respect des lois. “Certains enquêteurs du Bianco devraient respecter la loi et les textes en vigueur pour éviter le risque de vindicte populaire, puisque le non respect récurrent des lois est inacceptable. Selon l’article 136 du Code de procédure pénal, un OPJ ne peut retenir une personne à sa disposition pour les nécessités de l’enquête préliminaire pendant plus de 48h. Passé ce délai, il doit libérer obligatoirement la personne, ou la déférer devant le magistrat du ministère public, ou, si besoin, demander une prorogation de garde à vue auprès du Tribunal. Madame Razaimamonjy Claudine n’a pas été libérée ni déférée au Tribunal ainsi qu’aucune demande prorogation de garde à vue n’a pas été envoyée au tribunal.  Tout cela démontre qu’il y a une détention arbitraire”, soutient le ministre de la justice, Charles Andriamiseza, lors de son point-presse dans la nuit du  mercredi 05 au 06 avril, vers 22h30. “Cette audition de Claudine Razaimamonjy a été l’initiative personnelle de certains responsables au sein du Bianco”, poursuit le ministre de la Justice.

“Tous les directeurs étaient informés de cette affaire. Une opération d’une telle envergure est coordonnée par le DG en personne. Il ne s’agirait pas d’une prolongation de garde à vue mais d’une seconde  garde à vue pour un autre dossier, avec d’autre équipe d’enquêteurs. La déclaration inattendue du ministre de la Justice prouve qu’il a été mal informé et s’est trompé d’analyse”, affirme le Bianco dans un communiqué.

“Le Bianco n’a pas violé la loi en gardant à vue Mme Claudine Razaimamonjy 48h supplémentaires, puisqu’il ne s’agit pas d’une prolongation de garde à vue mais de l’ouverture d’une seconde garde à vue, pour autres dossiers avec d’autres enquêteurs. Le ministre de la Justice avait été mal informé par les avocats de la prévenue”,  a expliqué Directeur général du Bianco, Jean-Louis Andriamifidy. 

De son côté, furieux des déclarations des membres du parti présidentiel et outrée par la prise de position du ministre de la Justice, la présidente du Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM), Fanirisoa Ernaivo a tenu à préciser, dans un communiqué que: “Le SMM s’oppose à toute forme d’ingérence concernant l’affaire de Claudine Razaimamonjy et martèle l’indépendance de la Justice et celle du bureau anti-corruption. “Il faut laisser les enquêteurs travailler en toute liberté”, a précisé la jeune présidente du SMM. “Si le ministre de la Justice en personne cède aux menaces d’un supposé ‘vindicte populaire’ pour libérer Claudine Razaimamonjy, ce sera un aveu de faiblesse du gouvernement face à ce fléau qui, ternit  l’image de Madagascar”, précise un magistrat membre du SMM.

Le sénateur HVM, Riana Andriamandavy VII, beau-frère de Claudine Razaimamonjy, et  quelques dizaines des natifs de Fianarantsoa ont manifesté devant le siège de Bianco pour réclamer la libération de la milliardaire. Ils ont réagi avec des cris, des jets de pierres et bouteilles. Aucun ténor du parti présidentiel n’a été aperçu à Ambohibao. “ Nous soutenons Claudine Razaimamonjy, conseiller du Président et membre fondateur de notre parti”, a déclaré, le ministre, Rivo Rakotovao et président national du HVM qui, organise ce week-end son congrès régional à Tamatave, à l’Est de Madagascar. Lors de ce congrès régional du parti HVM, une minute de silence a été observée en “hommage” à la milliardaire, Claudine Razaimamonjy.

Certains observateurs voient dans cette affaire des traces de complot et trahison. Deux hypothèses sont avancées. Soit Claudine Razaimamonjy est lâchée par le couple présidentiel, et les enquêteurs de Bianco étaient téléguidés. Soit la présidence et le gouvernement sont complètement dépassés et les deux institutions qui luttent contre la corruption, le Bianco et la Chaine Pénale ont bénéficié de soutiens de la communauté internationale. En tout cas, dans cette affaire, le Bianco a été largement soutenu par l’opinion. Il a tenu tête au pouvoir, en défendant son indépendance et n’a pas obéi  aux recommandations quelles qu’elles soient. “Le Bianco tient à remercier tous ceux qui l’ont soutenu. Ensemble, nous vaincrons la corruption”,  résume un communiqué du Bianco.

Au début de l’année 2017, l’Ambassadeur de l’Union Européenne (UE) à Madagascar, Antonio Sanchez-Benedito, a effectué une visite de courtoisie auprès du Directeur Général du Bianco, Jean Louis Andriamifidy, pour confirmer l’appui de l’UE à la mise en œuvre de la stratégie nationale de lutte contre la corruption et au renforcement de l’Etat de droit à Madagascar.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s