La femme d’affaires, Claudine Razaimamonjy, proche du président malgache a été arrêtée!

claudineCoup de tonnerre dans l’entourage du président de la République malgache, Hery Rajaonarimampianina. En effet, l’influente femme d’affaires, Claudine Razaimamonjy, membre du collège des Conseillers spéciaux à la présidence et proche du couple présidentiel a été arrêtée ce 3 avril 2017 au parking du palais des Sports à Mahamasina. Tout s’est accéléré très vite et beaucoup d’observateurs ont été surpris du rebondissement de cette affaire, puisque Claudine Razaimamonjy est “le grand argentier” de la campagne victorieuse de Rajaonarimampianina et du parti présidentiel, HVM, dans la région Haute Matsiatra.

Autour de cette affaire, les dégâts pourraient être difficiles à reparer. Ce qui est sûr, la patronne et propriétaire du complexe hôtelier A&C, Claudine Razaimamonjy détient plusieurs dossiers sensibles liés aux activités politiques des membres du gouvernements et responsables du parti HVM. En effet, le couple présidentiel et certains membres du gouvernement actuel auraient déjà bénéficié des largesses de la  richissime femme d’affaires, originaire de la Région Haute Matsiatra, province de Fianarantsoa.

ami-couple-presidentiel

Claudine Razaimamonjy à gauche du couple présidentiel

La question qui se pose maintenant, serait elle lâchée par le président Hery Rajaonarimapianina? Des rumeurs avaient circulé depuis hier que certains responsables du parti HVM ou membres du gouvernement seraient visés par l’enquête. “Claudine Razaimamonjy a toujours agi sur ordre de certains membres du gouvernement ou du bureau politique du parti présidentiel, HVM.” affirme un Député HVM qui a voulu garder son anonymat. Certains avancent que cette arrestation est liée aux rumeurs selon lesquelles Claudine Razaimamonjy soutiendrait la candidature à la prochaine présidentielle de l’ancien Directeur général du trésor public, Orlando Robimanana, lui aussi, natif de la Région Haute Matsiatra.

La guerre est-elle donc déclarée au sommet de l’Etat, ou une simple gesticulation  pour cacher les défaillances du gouvernement? “Si ce n’est pas déjà une guerre déclarée, cela lui ressemble … “, avance un simple citoyen. Claudine Razaimamonjy est toujours en garde à vue au siège du Bureau Indépendant Anti-Corruption (Bianco)  à Ambohibao, son arrestation a occupé une place importante  lors du Conseil du Gouvernement ce mardi 4 avril à Mahazoarivo.

arrestation

L’arrestation de Claudine Razaimamonjy par les forces de l’ordre au palais des sports à Mahamasina, Antananarivo

A lire: Guerre au sommet de l’Etat

Rappelons les faits. Depuis plusieurs mois, le nom de Claudine Razaimamonjy a été soupçonné et cité dans de retentissantes affaires d’abus de biens sociaux, d’abus de fonction, de détournement de deniers publics, de favoritisme, de faux en écriture publique et de blanchiment de capitaux. En 2016, elle a été convoquée plusieurs fois par le Bianco mais elle n’a pas répondu. Contactée par la presse, elle n’a pas non plus donné suite. Quelques personnes ont été déjà inculpées par la chaîne pénale dont le maire d’Ambohimahamasina, Tsabo Pierre.

Le sénateur élu dans la province de Fianarantsoa, Riana Andriamandavy VII, vice-président du Sénat a pris la défense de Claudine Razaimamonjy en décembre 2016, il a  même demandé la démission du directeur général du Bianco, Jean Louis Andriamifidy qui a été nommé par un décret pris en conseil des ministre, en 2014, et dispose d’un mandat de 5 ans non renouvelable. “Je préfère ne pas répondre à ces propos infondés et sans importance”, a répliqué Jean Louis Andriamifidy.

Ce matin, le Sénateur Riana Andriamandavy VII, époux de la soeur de Claudine Razaimamonjy était venu à Ambohibao et aurait voulu forcer  la porte du Bianco pour libérer sa belle-sœur. Une manifestation  a été organisée à l’hôtel de ville de Fianarantsoa pour soutenir cette femme d’affaires.

Cette affaire a déjà coûté sa place au premier ministre Jean Ravelonarivo.  Ce dernier, à la tête du gouvernement, avait décidé de poursuivre la Conseillère spéciale de la présidence et aurait lancé un mandat d’arrêt contre elle en 2016. Le premier ministre Jean Ravelonarivo a été demis de ses fonctions par le président, Hery Rajaonarimampianina. En fait, la présidence déclarait avoir accepté sa démission mais le premier ministre a démenti avoir présenté sa démission ce vendredi 8 avril 2016, contrairement à ce qu’avait annoncé par le Secrétaire Général de la présidence dans un communiqué. “J’ai parlé avec le président de la République ce matin d’une démission et j’ai répondu que j’allais d’abord en parler à ma famille. C’est après la rencontre, dans ma voiture, que j’ai entendu à la radio l’annonce de ma démission.”, avait bien précisé Jean Ravelonarivo.

2 réflexions sur “La femme d’affaires, Claudine Razaimamonjy, proche du président malgache a été arrêtée!

  1. Pingback: Claudine Razaimamonjy évacué à l’étranger! | La Transparence

  2. Pingback: Conversation téléphonique: « Nous sommes au pouvoir maintenant, mettez-vous ça dans la tête!  | «La Transparence

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s