Suspensions abusives et trop politiques… des Maires Mapar!

Elyséé-RatsirakaAprès la suspension des maires de Diégo et de Port-Berger, puis celle de Majunga (lire l’article par ailleurs), tous comme par hasard, élus sous l’étiquette Mapar, le groupement des partis politiques de l’ancien président de la transition, Andry Rajoelina, c’est au tour d’un autre maire, cette fois-ci, de la ville de Tamatave, Elysée Ratsiraka,  une fois de plus, lui aussi, membre de la plateforme Mapar qui, a subi la loi des plus fort. En dépit de sa majorité au Conseil communal, sa suspension a été votée ce vendredi 31 mars par les 12 conseillers municipaux sur les 14 présents.

“Le parti présidentiel, HVM s’attaque aux maires Mapar, en débauchant des conseillers, membres de la majorité, pour voter une procédure de suspension de leur propre maire. L’objectif est d’affaiblir Andry Rajoelina, un sérieux candidat à la prochaine élection présidentielle de 2018. Le refus de maire d’un certain nombre d’avantages aux conseillers ou d’assister à certaines réunions, …, figurant parmi les motifs de suspension semblent infondés et trop légers. Les populations ont, d’ailleurs, estimé que ces motifs étaient contradictoires et insuffisants pour suspendre à ses fonctions un maire élu. Jusqu’ici, aucune procédure de suspension n’est engagée contre un maire, membre du parti HVM. Ce sont des suspensions abusives et trop politiques”, affirme Solo-Be, un simple militant de l’opposition à Antananarivo.

Effectivement, le gouvernement a rompu son engagement. Le “pacte de responsabilité, garant du bon fonctionnement de l’Etat” décidé par la Haute Cour Constitutionnelle (HCC), suite à la motion de déchéance contre le président de la République, déposée par les députés, n’est plus respecté. Le processus démocratique fixé par la feuille de routes de sortie de crise élaborée sous l’égide de la Communauté Internationale, à travers la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC, ‘Southern African Development Community’), a été foulé aux pieds. Or, lors de son passage à Madagascar, le mois d’aout 2016, l’ancien président mozambicain, Joachim Chissano, en sa qualité d’envoyé spécial de la SADC, a essayé d’avoir des idées plus claires de l’évolution de la situation politique et économique de Madagascar. Il a rencontré le président de la République, les représentants des églises et de la société civile, ainsi que des responsables de différentes forces politiques du pays. Chissano a encouragé le respect mutuel, le respect de l’Etat de droit et de la démocratie, puis le partage des responsabilités entre les parties prenantes. “Il faut donc continuer à mobiliser l’opinion internationale sur la réalité de cette évolution. L’objectif étant d’aller dans le sens de la pérennisation de la stabilité politique, garantissant  le renforcement de la démocratie après l’organisation des élections post-crise en 2013. Ce sont des ‘acquis’ qui devraient être renforcés le processus démocratique et le développement de Madagascar”,  a précisé Joachim Chissano.

A un an des élections, bon nombre d’observateurs affirment que “le bilan du quinquennat du président Hery Rajaonarimampianina est mauvais” et très difficile à défendre pour lui permettre d’espérer un second mandat, s’il est candidat.  En effet, le gouvernement espère contrôler toutes les grandes villes tenues par les maires non HVM,  puisque les arguments pour convaincre les électeurs à voter de nouveau pour le président sortant ne sont pas facile à trouver. Des responsables de la sociétés civiles attendent une réaction de la communauté internationale face à cette dérive autoritaire du pouvoir en place.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s