Société civile et opposition craignent un report des élections

Dans sa livraison datée du 16 février, la Radio France Internationale (RFI) a publié un article sur son site électronique « Madagascar : le gouvernement songe à un report des élections présidentielles « .Hery Rajaonarimampianina est officiellement proclamé président de la République le 17 janvier 2014 par la Cour électorale spéciale (CES) et investi par la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) le 25 janvier 2014. En vertu de la constitution de la 4eme République de Madagascar, l’article 47 stipule que l’élection du Président de la République a lieu trente jours au moins et soixante jours au plus, avant l’expiration du mandat du Président en exercice. En effet, les élections présidentielles devraient se tenir entre le 26 novembre et le 27 décembre 2018. Le président sortant, Hery Rajaonarimampianina, s’il se porter candidat à sa propre succession, il doit démissionner de son poste de Président de la République avant la date de clôture du délai de dépôt des candidatures.

Les prochaines élections présidentielles font peur au clan Rajaonarimampianina. Le parti présidentiel, HVM est aujourd’hui très divisé et fragilisé par une guerre interne. Pour les autres formations politiques plusieurs prétendants sont déjà dans les starting-blocks si l’on ne cite que les trois anciens présidents, Didier Ratsiraka, Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina. Quoi qu’il en soit, 2018 sera une année charnière pour la République de Madagascar. L’issue incertaine de ces élections pourrait plonger le pays dans une nouvelle crise plus profonde.

Déjà, depuis quelques mois, le pays connaît une poussée de tensions illustrées par une hausse de prix des PPN, une insécurité à l’image de justices populaires, des délestages, des corruptions et des abus en tout genre de l’administration en général. En sus, les risques de glissement du calendrier en 2019 évoqués en coulisse par le pouvoir n’apaisent pas les tensions.

La volonté du gouvernement de reporter les élections présidentielles est réelle, même si le président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), Hery Rakotomanana, tente de rassurer l’opinion. « Un report de l’élection présidentielle est contraire à la Constitution et qu’il n’est pas question qu’une élection d’un président de la République puisse se tenir au-delà de son mandat. La présidence, et tout le monde aussi, devrait se conformer à la Constitution » assure-t-il, lors d’un point presse qu’il a organisé sur la mise à jour des listes électorales.

Ce qui font peur l’ensemble des partis politiques et société civile, c’est que le choix de la date et l’organisation du calendrier reviennent au gouvernement et devront être validés par la HCC. En se référant aux avis et décisions souvent contradictoires prononcés par la HCC depuis l’investiture du président Rajaonarimampianina, la société civile et l’opposition se sont déclarées extrêmement préoccupées par un « éventuel » report du calendrier électoral. La société civile et une grande partie des responsables politiques accusent l’actuelle HCC d’être à la solde du pouvoir.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s